tu aimes les mangas ? Les petits machins Kawaii ? le Graphisme ? Le Flood ? Ce forum est alors fait pour toi !
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le pacte des Ténèbres

Aller en bas 
AuteurMessage
Yume Crystallia
Kawaiien Noir de Folie
Kawaiien Noir de Folie
avatar

Féminin Messages : 851
Date d'inscription : 01/09/2010
Age : 22
Localisation : Quelque part...
Emploi/loisirs : Lycéenne / Dévoreuse de livres / Conscience suprême de l'Humour noir ( enquêtes en tout genre mêlant avec habileté la débilité et la folie )
Humeur : Un peu folle sur les bords

MessageSujet: Le pacte des Ténèbres   Sam 18 Sep - 17:34

Alors voilà j'ai commencé cette histoire, qui revisite ( et je pense que vous allez le remarquer ) la légende de l'île d'Atlantide.
Je vous mets le prologue, bon j'avoue que ce style d'écriture est assez étrange... enfin voilà je ne peux ecrire que comme ça enfin presque ( yaura des parties ecrites euh... normalement ? ) !! je vous mettrai la suite plus tard, toujours dans cette section. voilà bonne lecture




PROLOGUE : Atlantide.

La perfection n’existe pas, c’est juste un mot que l’on a inventé pour définir nos rêves inexaucés.

Cette île est sûrement voué au malheur, à la malchance.
Née sous un faux jour, elle est, selon les humains, une perfection.
Une simple et parfaite utopie humaine : Atlantide.
Je ne sais pas trop où elle se situe, dans l’Atlantique peut-être ?
Après sa disparition on ne la situera plus vraiment et des débats insensés se tiendront sans cesse. Mais pourquoi vouloir la vérité ? Les humains veulent toujours tout savoir, tout faire et tout dominer cependant cela entrainera leur pure perte.
Oui, Atlantide propage le malheur.
Qui est malchanceux le transmettra aux autres, tout simplement par le fait d’être gravé dans les mémoires.
Même si c’est une île elle n’en reste pas moins vivante, son idée se nourrit des gourmandises humaines, se répand parmi les Hommes, se mout parmi nous, s’amuse de nous.
Sur cet archipel, les personnes considérés comme fabuleusement douées, extrêmement beaux physiquement s’installaient.
L’organisation paraissait incomparable aux yeux des autres humains vivant sur la terre ferme.
Divisée en sept zones, oui, le chiffre sept tient une grande place dans le cœur des humains. Peut-être est-ce pour ça qu’Atlantide a été crée comme cela.
Le chiffre sept pareillement aux sept merveilles du monde, comme si Atlantide cherchait à se hausser par-dessus ces merveilles sans en faire partie. La merveille suprême et ultime…
On dit que dans un jeu de dé, si vous voulez parier sur une somme de chiffres il vaut mieux prendre le résultat sept, il est plus probable de gagner avec ce numéro.
Les sept couleurs de l’arc-en-ciel, les sept notes de musiques, les sept jours de la semaine. Ce n’est que pure invention humaine mais pour Eux c’est le numéro de la chance, la porte de sortie du labyrinthe.
Les créateurs d’Atlantide ont été imaginatifs sur ce coup-là mais ils on oublié quelque chose, et ça je l’ai remarqué dés le début.
Les sept pêchés capitaux : la luxure, l’avarice, l’envie, l’orgueil, la paresse, la gourmandise et la colère… Mais jusqu’au bout ils y croiront et oublieront ce petit détail insignifiant pour continuer leur rêve.
L’atoll était donc composé de sept zones :
- la zone loisirs, où l’on s’amusait pour oublier le temps qui passait inexorablement…
- la zone scolaire avec Emel l’école primaire et maternelle, Karled l’établissement secondaire du lycée et du collège puis l’université.
- la zone dite commercial, dans lequel on achetait, on vendait.
- la zone médecine possédant l’hôpital et les pharmacies.
- la zone appelé justice, renfermaient les tours du journal et les tribunaux en plus de la gendarmerie.
- la zone des civils qui détenait la mairie au centre et les habitations autour, ainsi que divers restaurants ouverts ici et là.
- enfin la zone directrice ; le manoir des De la Rose surplombait tout l’île de sa falaise. Les De la Rose dirigeaient Atlantide, M. et Mme. De la Rose avaient un enfant : Meiko et quatre domestiques ( aussi bizarre que cela devait paraître ).
Leur demeure était gigantesque et accueillaient parfois certaines personnes « hauts-placées ».
Voilà et tout ça c’était Atlantide, l’île aux mille perfections. Là où se déroula autant de tragédies que de drames.

La malchance s’abat sur elle et son nom reste gravé en nous.
Revenir en haut Aller en bas
http://yume-crystallia.blogspot.com/
Tchii
Entre tes Doigts Crochus Mon Jack
Entre tes Doigts Crochus Mon Jack♪
avatar

Féminin Messages : 1054
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 21
Localisation : Au Japon :)
Emploi/loisirs : Animés, Equitaion, lecture, Ecrire,...
Humeur : Good =D

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Lun 20 Sep - 16:25

J'ai pas tout compris x) C'est une histoire sur l'île ? Sinon ca a l'air pas mal :D Très intriguant !!

~(^___^)~
Revenir en haut Aller en bas
http://s0ophiie-uniivers.skyrock.com
Yume Crystallia
Kawaiien Noir de Folie
Kawaiien Noir de Folie
avatar

Féminin Messages : 851
Date d'inscription : 01/09/2010
Age : 22
Localisation : Quelque part...
Emploi/loisirs : Lycéenne / Dévoreuse de livres / Conscience suprême de l'Humour noir ( enquêtes en tout genre mêlant avec habileté la débilité et la folie )
Humeur : Un peu folle sur les bords

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Lun 20 Sep - 18:49

oui c'est le prologue qui annonce ou va se passer l'histoire, et oui ce sera sur l'ile d'Atlantide ( dans la legende on dit qu'elle a été engloutie par les eaux ).
Mais en fait je pense faire plusieurs chapitres, et chaque chapitre parlera d'un personnage en particulier mais toujours ecrit à "je", enfin voilà.

Merci ^ ^
Revenir en haut Aller en bas
http://yume-crystallia.blogspot.com/
Tchii
Entre tes Doigts Crochus Mon Jack
Entre tes Doigts Crochus Mon Jack♪
avatar

Féminin Messages : 1054
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 21
Localisation : Au Japon :)
Emploi/loisirs : Animés, Equitaion, lecture, Ecrire,...
Humeur : Good =D

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Lun 20 Sep - 18:56

Ohaaa mais je me réjouis trop maintenant ! Ponds-nous vite ce futur chef-d'oeuvre !

~(^___^)~
Revenir en haut Aller en bas
http://s0ophiie-uniivers.skyrock.com
Yume Crystallia
Kawaiien Noir de Folie
Kawaiien Noir de Folie
avatar

Féminin Messages : 851
Date d'inscription : 01/09/2010
Age : 22
Localisation : Quelque part...
Emploi/loisirs : Lycéenne / Dévoreuse de livres / Conscience suprême de l'Humour noir ( enquêtes en tout genre mêlant avec habileté la débilité et la folie )
Humeur : Un peu folle sur les bords

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Lun 20 Sep - 19:00

^^ bientot bientot, je les divise en plusieurs parties les chapitres, le 1 devrait bientot venir
Revenir en haut Aller en bas
http://yume-crystallia.blogspot.com/
Tchii
Entre tes Doigts Crochus Mon Jack
Entre tes Doigts Crochus Mon Jack♪
avatar

Féminin Messages : 1054
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 21
Localisation : Au Japon :)
Emploi/loisirs : Animés, Equitaion, lecture, Ecrire,...
Humeur : Good =D

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Lun 20 Sep - 19:31

(: Vivement alors

~(^___^)~
Revenir en haut Aller en bas
http://s0ophiie-uniivers.skyrock.com
Nobuta-Kawaaii
C'est un avion? C'est un oiseau? Non, c'est Nobu!
C'est un avion? C'est un oiseau? Non, c'est Nobu!
avatar

Féminin Messages : 681
Date d'inscription : 21/08/2010
Age : 21
Localisation : Sur Pluton
Emploi/loisirs : Étudiante, comédienne (amatrice).
Humeur : Loveuse complète

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Mer 22 Sep - 17:49

Wawawa, j'adore :D
Revenir en haut Aller en bas
Yume Crystallia
Kawaiien Noir de Folie
Kawaiien Noir de Folie
avatar

Féminin Messages : 851
Date d'inscription : 01/09/2010
Age : 22
Localisation : Quelque part...
Emploi/loisirs : Lycéenne / Dévoreuse de livres / Conscience suprême de l'Humour noir ( enquêtes en tout genre mêlant avec habileté la débilité et la folie )
Humeur : Un peu folle sur les bords

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Jeu 23 Sep - 16:38

micii ! bon voilà la suite !!
petite precision : le shogiban est un echiquier japonais et le shogi c'est le jeu d'echec japonais

CHAPITRE I : Seiji Li.

Que nous soyons un pion ou le roi d’un shogiban le but est le même ; trouver le chemin de la victoire et du bonheur.

La première fois que je l’ai vu il paraissait perdu et tourmenté.
Il ne le montrait pas, c’est à peine s’il s’en rendait compte.
Moi je le voyais ça, dés le début, et je me demandais s’il réussirait à s’en sortir dans Atlantide.
Seiji Li, un simple japonais à première vu, des cheveux noirs comme on pouvait en voir, des yeux bridés significatifs de son ancienne nationalité et la peau claire.
Il étudiait à Karled avec nous, on venait d’entrer au lycée et il se comportait toujours de la même façon.
Quand son meilleur ami John lui lançait des paris en tout genre ou des vannes il se mettait à pâlir ( quel que fusse le gage imposé ), puis il se tortillait les mains et finalement vociférait des phrases incompréhensibles qu’on devinait japonaises.
Pour les autres c’était un peureux pour moi un grand timide tout simplement.
Il fuyait le bavardage incessant, il savait sourire mais pas parler pendant des heures pour raconter sa vie. Comme toute personne à Atlantide d’ailleurs.
Tout ce que je savais c’est que ses parents l’avaient envoyé à Atlantide, ça il nous l’avait dit mais jamais la raison de son voyage et pourquoi on l’avait transféré et choisi parmi toutes les personnes demandeuses.
Si vous saviez le nombre de personnes qui voulaient aller à Atlantide ! Stupéfiant. Je ne me rappelle plus trop des nombres.
Enfin, les chiffres ne nous intéressent guère.
Seiji était pour moi un gars chanceux, qui avait atterri sur l’île par un grand hasard.

***

17h, la cloche sonna, il était temps pour moi de sortir. Je me précipitai vers la porte, adressai au professeur un bref « Au revoir monsieur » et me lançai dans le couloir.
Enfin le cours était fini, il avait semblé interminable.
Je suivis les autres élèves, qui pour la plupart allaient prendre le bus, tout comme moi.
Arrivée en bas je scrutais les environs en espérant qu’il y ait quelqu’un que je connaisse.
Personne.
Un peu déçue je recommençai à marcher quand une main se posa sur mon épaule, je tournai légèrement la tête.
Un grand sourire, des yeux verts.
- Ah c’est toi John…
Il enleva sa main et d’un air renfrogné il me répondit :
- Ah ? Non mais ! Faut pas dire ça, mais « Oh ! John je t’attendais ! » Je t’ai vu tu me cherchais.
Il fit un geste de la main qui signifiait : « Eh ouais je sais. Désolé pour toi. »
Je bafouillai vivement.
- Non. Je regardais juste si le car arrivait. Imagine pas… euh… n’importe quoi.
Je croisai les bras et finis par me dirigeai vers l’arrêt de bus.
- Je vais finir par rater mon bus à cause de toi.
Brusquement, je m’immobilisai, John se cogna contre moi.
- Eh qu’est-ce qui se passe ! s’exclama-t-il.
- Non euh… comme une impression de déjà-vu, t’inquiète pas, c’est la routine… la routine.
Cela m’arrivait souvent, sans que je ne sache pourquoi. Étrangement. Je me disais souvent que c’était les habitudes, d’ailleurs c’est-ce qu’on me répondait aussi.
Pourtant à ce moment-là c’était loin d’être une impression de déjà-vu.
Pendant un cours instant j’avais cru voir une adolescente vêtue tout de noir, ce n’est pas ses habits qui m’avaient frappé, ici nombreux étaient les gothiques ou dérivés du style. Non c’était son regard qui m’avait frappé.
Quand je regardai de nouveau dans la direction il n’y avait plus personne, elle n’était plus là, cependant j’allais de nouveau la rencontrer, et, cette fois-ci dans de véritables conditions.
Tout d’un coup John me secoua d’une main et de l’autre il me montra du doigt un garçon typé.
- Viens Ana ! On va vraiment rater le bus là, et ce sera pas ma faute. Aller ! En plus Seiji est là.
Oui, Seiji était là, on l’avait rencontré en début d’année et il se trouvait dans la même classe que nous. Il ne disait jamais rien, en fait il se contentait un peu de suivre ( oui surtout John ) et de subir son meilleur ami.
Je l’observais, dans le bus il fixait le paysage, il semblait perdu dans ses pensées. Je détournai mon regard vers le paysage qui défilait, on pouvait voir des immeubles, des tours, des gens…
Enfin le véhicule s’immobilisa et nous pûmes en descendre, après un bref geste de la main pour saluer John, qui lui, s’arrêtait un peu plus loin ; au centre commercial.
Seiji marchait assez lentement, il vivait pas très loin de mon immeuble, peut-être deux trois bâtiments plus loin. En tout cas quand ce fut mon tour de partir il s’inclina légèrement et me laissa, et discrètement il me fit un geste de la main un peu plus loin.

***

Le lendemain je retrouvais les deux garçons, deux autres filles se tenaient avec eux. Je reconnus instantanément Meiko De la Rose par contre je ne savais pas qui était la jeune fille en noir à côté d’elle. Je l’avais reconnu aussi, cette fille que j’avais croisé hier. Elle était pourtant différente de la veille, j’avais peut-être confondu. Quand elle me remarqua elle fit un sourire et se tourna vers moi.
- Je suis la garde du corps de Lady Meiko ; Kira Kodomo. Enchanté !
Surprise je ne pus que m’étonner, une adolescente, même de haut rang avait déjà une garde du corps ? De plus, Kira semblait complètement dévouée, le « Lady » placée devant son prénom trahissait ce comportement.
Je plissais les yeux et réfléchit.
Aucune ressemblance avec la fille en noir, sûrement un sosie, vous savez, dans le monde on a obligatoirement un sosie, quelqu’un qui nous ressemble comme deux gouttes d’eau. Je finis par me rassurer avec cette idée et oubliai ce détail presque insignifiant à présent.
J’aperçus un papier dans la main de Meiko ; celui de l’élection de l’Étoile de Karled qui consistait à élire la plus belle fille de l’école, c’est elle qui allait représenter toute notre école. Bien sûr les supérieurs n’attendaient jamais quelqu’un de studieux, pour eux on ne pouvait pas tout avoir, de la beauté ou de l’intelligence.
De plus rare était les candidats, et, cette année ce fait ne s’améliorera pas car Meiko se présentait…
Elle prit soudain la parole :
- Alors, vous voterez pour moi d’accord ? Vous allez voir, nous aurons des droits plus que les autres. Vous serez super connu, et puis je représenterai bien tout le monde. Je n’oublierai rien ni personne. minauda-t-elle.
Soudain Seiji porta la main à sa bouche, il se dirigea vers moi et me dépassa rapidement.
- Désolé je suis malade. se contenta-t-il de répondre.
Et d’un pas vif il partit, je souris aux autres et courus après lui.
- Attends, tu veux que je t’accompagne à l’infirmerie ?
Il dodelina de la tête et se tourna.
Il éclata de rire, une des premières fois depuis que je le connaissais et me rétorqua :
- Tu crois vraiment que je suis malade ? Tu la supportes toi ? Cette fille, qu’est-ce que je peux la détester.
Il enleva sa main et esquissa un sourire.
- Bon tu ne dis rien à personne ok ? Sinon on m’accusera encore de je ne sais quoi. On dira que je n’ai pas mangé ce matin.
- D’accord.
Et nous nous avançâmes vers le préau pour monter au deuxième étage. D’ici on attendit les autres, malheureusement pour Seiji les deux filles suivaient John.
En effet elles se trouvaient toutes deux dans notre classe.
***
Il s’avéra qu’elles étaient bonne élève. Oui, la vie est parfois clémente avec certains. Je ne m’étonnais plus de Meiko et de ses prouesses, après tout la fille des De la Rose se devait d’être « parfaite » non ? Et puis Kira qui travaillait à leur service n’était pas mieux, sauf qu’elle n’avait pas droit à la piscine. Dans ces moments-là elle venait quand même et surveillait l’adolescente.
Meiko faisait le bonheur de tout le monde, elle avait son propre « fan-club » composé d’hystériques et sa candidature au poste d’Étoile de Karled semblait partir dans le bon sens.
John s’émerveillait toujours, il avait souvent des phrases telles que « Oh incroyable cette fille ! » ou « Vous avez vu, c’est inhumain ! » ou encore « Allez on va faire pareil hein ? Je te défie Seiji !! » à la bouche.
Seiji quant à lui ne prêtait pas attention à elles, surtout à Meiko qu’il haïssait de tout son être, et Kira ne lui inspirait pas confiance. Une semaine avant l’élection en elle-même, avec la cérémonie, le discours et tout le blabla, je rentrais chez moi avec Seiji, nous prenions un tournant quand nous vîmes Kira dans la rue.
Elle était en compagnie d’un homme grand que je classerais dans la vingtaine, il avait des cheveux blonds et des yeux bleus. A la main il portait une bague ornée d’un saphir, je remarquai que Kira avait exactement la même. Ils discutaient avec entrain de l’élection prochaine et après les avoir dépassé Seiji se cabra.
- Je la sens mal cette élection…
Et il jeta un œil vers Kira.
- Alors c’est elle… j’ai trouvé la pièce maîtresse et elle cache bien son jeu.
Ana je te laisse…
Et il s’empressa de rentrer chez lui, pour je ne sais quelle raison.

voilà ce chapitre n'est pas fini mais je vous mets le debut car si je mets tout en meme temps ca va tout bloquer vu que je veux faire des gros chapitres ( et puis faut que j'ecrive la suite )

bonne lecture !!
Revenir en haut Aller en bas
http://yume-crystallia.blogspot.com/
Tchii
Entre tes Doigts Crochus Mon Jack
Entre tes Doigts Crochus Mon Jack♪
avatar

Féminin Messages : 1054
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 21
Localisation : Au Japon :)
Emploi/loisirs : Animés, Equitaion, lecture, Ecrire,...
Humeur : Good =D

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Jeu 23 Sep - 16:49

Que c'est loong x) A lire plus tard Promis (:

~(^___^)~
Revenir en haut Aller en bas
http://s0ophiie-uniivers.skyrock.com
Nobuta-Kawaaii
C'est un avion? C'est un oiseau? Non, c'est Nobu!
C'est un avion? C'est un oiseau? Non, c'est Nobu!
avatar

Féminin Messages : 681
Date d'inscription : 21/08/2010
Age : 21
Localisation : Sur Pluton
Emploi/loisirs : Étudiante, comédienne (amatrice).
Humeur : Loveuse complète

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Jeu 23 Sep - 18:30

J'aimeuh j'aimeee!
Revenir en haut Aller en bas
Yume Crystallia
Kawaiien Noir de Folie
Kawaiien Noir de Folie
avatar

Féminin Messages : 851
Date d'inscription : 01/09/2010
Age : 22
Localisation : Quelque part...
Emploi/loisirs : Lycéenne / Dévoreuse de livres / Conscience suprême de l'Humour noir ( enquêtes en tout genre mêlant avec habileté la débilité et la folie )
Humeur : Un peu folle sur les bords

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Ven 24 Sep - 18:20

Arigato ^^

oui c'est un peu long j'avoue, c'est pourquoi je l'ai divisé en plusieurs parties. mais c'est une des premières fois que j'écris ou je suis vraiment motivé et que la suite ne part pas en vrac, car avant quand j'ecrivais l'histoire finissait toujours par partir sur des trucs tout a fait différents, genre en une page le mec se faisait tuer, son collegue devenait cuisinier dans le manoir de ses ennemis etc x)
Revenir en haut Aller en bas
http://yume-crystallia.blogspot.com/
Yume Crystallia
Kawaiien Noir de Folie
Kawaiien Noir de Folie
avatar

Féminin Messages : 851
Date d'inscription : 01/09/2010
Age : 22
Localisation : Quelque part...
Emploi/loisirs : Lycéenne / Dévoreuse de livres / Conscience suprême de l'Humour noir ( enquêtes en tout genre mêlant avec habileté la débilité et la folie )
Humeur : Un peu folle sur les bords

MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   Sam 2 Oct - 18:31

désolé pour ce double post, je mets la suite !!


Le temps défilait sous mes yeux, en plus de temps qu’il ne le fallait l’élection fut là.
Trop vite à mon goût.
Seiji ne m’avait plus rien dit depuis et il semblait encore plus refermer qu’à l’ordinaire. Il griffonnait dans un petit carnet des signes japonais et le refermait vivement quand quelqu’un s’approchait.
Le jour J, nous devions nous rassemblait au pied des tribunes du lycée. La foule paraissait immense, je ne devinai plus qui je poussais ou voyais, je finis pas trouver John et Seiji. Nous trouvâmes un endroit et nous nous assîmes en attendant quatorze heures.
- Alors vous faites une de ces têtes ! s’écria John. C’est le moment ou jamais de rater une journée voire deux de cours.
- Deux ? Tu parles, le vote est déjà fait, c’est Meiko qui gagnera. dis-je.
Le nippon leva la tête, il voulut dire quelque chose mais se tut.
Pui la cloche sonna et des filles apparurent, des noms défilaient ainsi que des adolescentes. Toutes vêtues de shorts courts ou encore de décolletés bien ouverts. Elles portaient des talons et leurs cheveux étaient lisses et imbibés de laque ou de gel. Certaines avaient insisté sur le maquillage et le fond de teint devenait orange et le rouge à lèvres vraiment épais. Vint enfin Meiko, elle faisait réellement tache parmi les autres filles. Sa robe était celle qu’on qualifiait généralement de princesses, et les volants traînaient partout. Ses cheveux longs et lisses ne comportaient aucun produit. Elle avaient des gants de dentelle aux bras et le maquillage semblait discret, c’était même se demander si elle en avait. Un pendentif en forme de papillon pendait à son cou. De simples ballerines à ses pieds elle se présenta et jeta un bouquet de roses rouges qui dans le ciel éclata et libéra des centaines de pétales rouges.
Dans l’ombre des coulisses je distinguai Kira et elle souriait mystérieusement. Là, l’image de l’adolescente en noir se superposa à elle, des yeux rouges brillaient dans le noir.
J’eux un frisson mais me reprit quand apparut la liste des candidates, nous devions aller chercher le papier, le remplir et puis le rendre.
John se chargea du déplacement.
Mon regard se posa de nouveau dans les coulisses mais Kira n’était plus là, un rêve éveillé peut-être.
Je tournai les yeux vers Seiji et lui demandai :
- Alors tu votes pour qui ?
- Nul. Un vote nul, c’est comme ça que ça se dit ?
- Euh… je crois… oui normalement… mais dit…
Je jetai un œil au carnet qu’il tenait.
- C’est quoi le cahier ? Je suis curieuse je sais, t’es pas obligée de me répondre hein ?
- Oh ça ? C’est rien, juste un bloc-notes…
Il le rangea dans son sac et fixa un point imaginaire.
Ne sachant que dire je réfléchis pour qui je voterai.
Meiko s’annonça dans mon esprit. Elle était dans notre classe, elle était tout simplement « parfaite », bonne en tout, intelligente, active et souriante. Cependant, je pensai à Seiji, lui qui la détestait, il serait bien le seul dans tout Karled.
De loin je repérais quelques filles mais je ne les connaissais pas, et puis elles étaient superficielles, et à part pour devenir populaire elles n’avaient pas d’autres buts.
Meiko, la fille des De la Rose avait, pour sûr, un but premier. Lequel ? Ça je ne le savais pas mais j’en étais persuadé.
Seiji brisa la glace sans prévenir :
- Tu penses à Meiko n’est-ce pas ? Tu sais, je vais te confier quelque chose mais… dans l’histoire Meiko ne comprend rien, elle ne fait que suivre et jouer à merveille son rôle. Kira, elle, contrôle tout depuis le début. Elle joue avec des pions, jusque là elle n’a utilisé aucune pièce, que des pions, ça ne devrait tarder…
Aucune réponse de ma part.
Seiji se comportait de plus en plus étrangement, un rôle ? Je n’y croyais pas, elle semblait si naturelle, et Kira contrôlant tout ? Impossible elle suit Meiko jusque dans les WC et lui obéissait au doigt et à l’œil.
Je commençai à m’impatienter, que faisait John, juste pour trois bouts de papier.
Il revint peu de temps après.
- Je les ai !! Tenez, votez !! Moi je mets…
- Un vote ne se dit pas. m’exclamai-je.
- Je sais mais je suis sûr que tu sais déjà, un grand M sur ma feuille et un superbe O pour la fin, Meiko !! Et toi Seiji ?
- Ça commence par un N et se finit par un L…
Il s’interrompit et réfléchit.
- N… Nelly… Nora… ou bien… par un L… Nabil…
- Nul, je vote pas.
- Vrai ?? Tu rates le meilleur jour alors !! Bon je m’y colle, de ma plus belle écriture…
Et il continua de marmonner.
Quant à moi j’écris Meiko De la Rose, prit les papiers des garçons et les déposa dans l’urne. C’était fait.
La pelouse se fit soudain fraîche et une légère bruine commençait à descendre.
On entendit des : « Oh non mes cheveux vont friser ! » ou « mes vêtements vont être trempés ! ». Certaines expressions démesurées d’autres plus sages : « Et mince… »
Un brouhaha s’éleva pendant le long dépouillement.
Plusieurs élèves s’y chargeaient ainsi que quelques professeurs.
Les nuages se faisaient de plus en plus gris.
Finalement le proviseur se leva et s’avança vers le bord de l’estrade.
Grâce à son micro il annonça le résultat :
« Nous sommes unanimes, l’Étoile de Karled est Meiko De la Rose. »
L’effet fut vite trouvé, des exclamations de joie furent poussés et tous acclamèrent la jeune fille qui s’avançait.
À présent il pleuvait à verse, sous l’abri de l’estrade elle nous salua, et elle nous congédia avec ces mots :
« Il pleut et je n’aimerais pas que vous soyez trempés !! Nous nous reverrons, encore merci pour tous vos votes fabuleux !! À bientôt ! » Et elle fit un clin d’œil qui suscita de nombreuses exclamations.
Puis les adolescents se jetèrent dans le premier bus venu, d’autres montèrent dans une voiture.
Distinctement Seiji murmura :
- La partie ne fait que commencer…

***

Le bus était bondé, je me frayais tant bien que mal un passage parmi toutes ces personnes. Finalement, avec John et Seiji, nous trouvâmes une petite place où nous nous serrions.
- Franchement ils devraient faire plus de bus dans ces cas-là. jura le rouquin.
Nous ne répondîmes rien, mais nous pensions pareil. J’essayais de me concentrer et de rester debout malgré les soubresauts du car.
Seiji semblait vraiment raide, je lui demandais s’il allait bien et il se contenta de me répondre :
- On peut dire ça…
La pluie continuait de tomber quand nous descendîmes du bus avec Seiji. Je lui balbutia un Au revoir et courus jusqu’au perron de l’immeuble. Arrivé en dessous de l’abri je cherchais mes clefs et passa le pass sur l’encoche.
La porte s’ouvrit, je regardais une nouvelle fois le déluge qui s’abattait sur nous.
Personne n’échappait à la pluie ou au vent. Les arbres ployaient sous la tempête, le terrible bruit d’un ruisseau qui s’écoulait résonnait dans les égouts. Des gens se couvraient avec leurs bras, et d’autres tenaient en vain un parapluie qui se retournait.
Mon reflet se reflétait dans les flaques d’eau, des ondes se propageaient sur l’eau ce qui troublait mon image.
Il faisait froid et le silence se faisait sentir de plus en plus. Je revis Kira et ses yeux rouges, qui était donc cette fille ? Et pourtant je la revoyais souriante avec Meiko. Un sosie, c’est tout à fait possible, mais sur la même île ?
Et puis Seiji m’inquiétait, son regard semblait se perdre.
Il n’était plus le même, je perçus un éclair dans le ciel et le tonnerre déchira l’air.
Le vent se fit plus fort, je me décidai à laisser la lourde porte se refermait et montai les marches. L’ascenseur, en panne, ne m’aiderait guère.
Le japonais semblait se montrer sous une tout autre personnalité, la sienne, la vraie ?
Cependant ses allusions m’intriguaient.
J’arrivai dans la pièce qui était mienne depuis peut-être une année.
Fatiguée je m’écroulai dans mon lit et m’endormit avec toutes ces pensées et questions qui se bousculaient.
C’était dommage car aujourd’hui devait être un merveilleux jour de beau temps…
Le lendemain je me réveillai et découvris que mon lit était trempé à cause de mes vêtements. Je me douchai et préparai mon petit déjeuner.
Une tartine dans la bouche je fourrai des livres dans mon sac à la va-vite, j’allai rater mon car.
Aujourd’hui vendredi, dernier jour de la semaine, ce n’était pas le moment de se prendre des devoirs en plus ou encore revenir le samedi.
Mon repas terminé je laissai les couverts sur la table et me promis de les ranger plus tard, je fermai la porte et courus dans les escaliers.
En bas un soleil éblouissant commençait à pointer, les flaques d’eau renvoyait la lumière ce qui éclairait encore plus le village endormi.
Les lueurs roses de l’aube ravivaient le gris morne des maisons.
Le bus me prit et à l’entrée de Karled je découvris John sans Seiji, ce dernier ne venait pas il était malade.


***
- Tu te rends compte !! La grippe !! Ana ! Il a la grippe !
Je soufflai un peu et continuai à marcher tout en parlant.
- John, j’ai compris tu me le répètes depuis ce matin. Après les cours on ira le voir OK ? Mais tiens toi tranquille s’il te plaît.
Il fit une moue dépité et me rattrapa au pas de course.
Soudain il se rappela de quelque chose et m’offrit un de ses regards qu’il garde quand il a une « super méga nouvelle ». Ses yeux verts brillaient.
- Tu sais quoi Ana ? La dernière fois Seiji a fait tombé une carte postale, c’était son écriture et pourtant c’était signé sur un autre nom.
- Bah, peut-être qu’on lui a demandé d’écrire une lettre. Il écrit bien, tu lui demandes bien souvent.
- Oui… enfin sa réaction m’a bien étonné. Il m’a complètement arraché la lettre des mains et m’a lancé un regard noir.
- Seiji ? Un regard noir ? Tu as du confondre.
Je lâchai un petit sourire.
- Et c’était quoi le nom qu’il avait mis ?
- Euh un truc comme… Senryaku Matoshi… c’est super compliqué à dire ça. Enfin, le pire c’est que sur internet ils parlent d’un champion de shogi du même nom !!
- Le shogi… échecs japonais c’est ça ?
Il s’arrêta et m’annonça :
- Oui c’est ça, et le pire dans tout ça c’est que ce Senryaku Matoshi est porté disparu. Personne ne sait où il est.
- Eh bien, on peut dire que Seiji connaissait ce Senryaku machin bidule et qu’il lui a écrit une lettre à sa place, voilà tout !! Après tout ils sont japonais tous les deux. Des amis d’enfance, un parent éloigné j’en sais rien moi !!
Je tirai par le bras John et rétorquai :
- De toute façon Seiji reste Seiji, cherche pas les histoires. Maintenant en cours !! D’ailleurs c’est ta matière préféré John.
Je montrai du doigt une porte couleur verte gravé des chiffres : 236.
- Je sais très bien que tu adores la physique. ironisai-je.

***
Le bus nous descendit devant mon immeuble, ce soir pourtant j’allais marcher un peu plus longtemps.
John gambadait à mes côtés, comment une simple grippe pouvait éveiller chez lui cet enthousiasme ? Un rien l’émerveillait et je venais parfois à me demander s’il en faisait exprès ou non.
Enfin, je ne me posais plus de questions.
Ce vendredi était passait à une vitesse folle, après la physique les matières s’étaient succédés sans saveur. Français, latin, anglais…
Pour finir ici, devant la petite bâtisse de Seiji. Une femme l’hébergeait lui et deux autres garçons, mais ceux-ci travaillant dans la vie active, leur présence restait rare. Seiji se retrouvait donc seul avec la bonne femme : Mme Dupont, une « pure française ».
Nous sonnâmes et elle ouvrit avec douceur la porte. Elle nous souriait et de la cuisine nous pûmes distinguer une ombre, Seiji.
John s’élança :
- Hé ! Seiji ! Alors, ça fait quoi d’avoir la grippe !
Il s’arrêta devant lui et fit un grand sourire.
- Alors ?
Le nippon semblait surpris de nous voir. J’avançais timidement et bredouillai un petit bonjour à la femme rondouillette.
Il posa ses baguettes et nous observa :
- Bah avoir la grippe c’est avoir mal partout John.
- Ah c’est bon alors, t’es bien normal.
Et il lui amenda une grosse tape dans le dos.
Finalement les deux garçons partirent en conversations interminables, je m’interrogeai, comment John faisait-il parler Seiji autant ? Il devait faire la conversation pour deux. La ménagère haussa les épaules et me dit :
- C’est les garçons hein ? Ça faisait longtemps que Seiji n’avait pas eu la grippe et toi ?
Je réfléchissais… combien de temps. Un éclair me surprit et je relevai la tête, le ciel était limpide et le soleil commençait à descendre.
- Euh… et bien… très longtemps je ne suis pas souvent malade… me contentai-je de répondre.
Je pense que ça faisait un bon bout de temps que je n’avais pas été malade à « crever » comme on dit. Mon dernier souvenir de ça devait être… ce terrible mal de tête.
- Bon !! Moi j’ai la cuisine à faire et pour deux personnes de plus !! s’écria-t-elle, ce qui me fit sursauter.
- Deux ? Vos garçons rentrent ?
- Mais non pour vous voyons ! Vos parents ne diront rien n’est-ce pas ? Seiji me l’a dit. Surtout pour toi, tu vis seul c’est pas trop dur.
- Non, non… ça va.
Je laissai mon regard se perdre dans la cuisine, de l’entrée nous pouvions facilement y accéder et la cuisine menait également à la salle de séjour où les deux adolescents se trouvaient, assis sur le sofa.
Mme Dupont partit devant sa casserole et remua des ingrédients. Je la laissai et me dirigeai vers mes amis.
Nous parlâmes de tout et de rien puis le repas arriva. Nous nous installâmes et mangeâmes.
Ce qu’elle avait préparé tenait du festin, à la fin du dîner je ne pouvais plus rien avalé. La conversation se termina par un mot de Seiji :
- On se voit lundi alors, John tu peux rester jusqu’à demain et… Ana ?
- Euh… je suis juste à côté donc… je vous laisse tous les deux.
Ensuite Mme Dupont insista sur le fait qu’il était tard et que les environs n’étaient pas sûrs à cette heure-là, finalement je restai chez elle après multiples excuses. De toute façon le couvre-feu passé nous ne pouvions plus sortir.





vraiment je m'excuse si c'est trop long à chaque fois x.x bonne lecture
Revenir en haut Aller en bas
http://yume-crystallia.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pacte des Ténèbres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pacte des Ténèbres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Whitley, David] Le Pacte de Minuit
» [Lovecraft, H.P] Celui qui chuchotait dans les ténèbres
» [Rendell, Ruth] Le lac des ténèbres
» [Jacq, Christian] La Reine Liberté - Tome 1: L'empire des ténèbres
» Uniformes des Forces Armées du Pacte de Varsovie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kawaii-And-Cooow :: Vie Quotidienne :: Vos Fictions-
Sauter vers: